Eh oui ! bizarre comme les années se suivent et se ressemblent.

L'année file vers sa fin et arrive le temps des notations, des appréciations, des évaluations, le choix du mot est laissé à l'appréciation de chacun, puisque le résultat est le même.

Ce matin avait eu lieu la remise des dossiers d'évaluation avec la découverte de ce que l'on vaut aux yeux des supérieurs. Le moins que l'on puisse dire c'est que cela tenait plutot de la douche fraiche en ce qui la concernait. Pendant un an, elle avait du faire face à l'abandon de son poste par la responsable du service pour convenances personnelles. Sombre fumisterie et elle, comme une totale imbécile avait fait le maximum pour que tout tourne au mieux, ou du moins le moins mal possible. En forme ou pas, elle avait été là, faisant plus d'heures sans toujours les compter. Et au final le remerciement était plutot maigre, si tant est qu'il y ait eu un remerciement. On peut dire pourquoi des remerciements, après tout c'était en partie son job, enfin en  partie et elle aurait bien du se contenter de faire le strict minimum. 
En tout cas, la lecture du document était pour le moins intéressante si on aime faire monter son taux d'énervement et d'écoeurement. Car en plus de la faiblesse des remerciements, elle découvrait qu'il faudrait faire des progrès en courtoisie et en politesse. Là, ce n'était plus la cerise sur le gateau mais totalement le cerisier ! Elle n'avait pas la prétention de détenir la palme de la politesse et de la courtoisie, mais dans son job elle devait faire face à des usagers pas toujours aimables et il lui était parfois difficile de faire plus que la politesse "légale". Elle admettait qu'on pouvait lui reprocher parfois de ne pas mettre ""des rubans et donner des cadeaux "mais polie et courtoise elle le restait. Enfin jusqu'à maintenant, car puisqu'on estimait qu'elle avait des progrès à faire, elle pouvait tout autant  leur faire une démo de l'absence de politesse et de courtoisie. De toute façon, cela ne serait pas beaucoup plus sanctionné !

Ce soir, terminant plus tard, elle avait fait quelque chose d'un peu incorrect, mais elle voulait savoir si elle était la seule à avoir une appréciation aussi mesquine. Elle pouvait être satisfaite, en effet, elle était l'unique !! pour une fois !! on se réconforte comme on peut, mais en lisant la fiche de sa nouvelle collègue de bureau, il était évident qu'en haut lieu on pensait avoir trouvé la perle rare, la parfaite collaboratrice, celle sans qui rien ne pourrait se faire au bureau. C'est sur qu'en ce qui concernait la mise en  place et les chamboulements d'horaires, le suivi permanent des avancements de carrière, enfin surtout du sien, elle était calée ! aucun doute la dessus.

Il ne lui restait donc plus qu'à prendre des cours de politesse, de courtoisie et de fausseté surtout. Il faut bien apprendre un jour à nager au milieu des crocodiles.